Au Pied du Mur
COLLECTIF POUR DES PROJETS URBAINS
CONÇUS AVEC ET POUR LES HABITANT·ES

Communiqué commun APDM COUDDURR CRI du 15 Juin 2022

VERSION COURTE


Des habitants des 3 grandes métropoles de l'ouest, BREST, NANTES et RENNES, dénoncent la même absence de concertation autour des sujets d'urbanisme. Ils s'unissent pour réclamer aux élus plus de transparence sur les projets d'aménagement urbain ET les interpellent sur la pertinence dans le contexte de dérèglement climatique de négliger un aménagement du territoire équilibré au profit de leur politique de métropolisation agressive.



TEXTE COMPLET


Il est grand temps de redonner aux habitants le pouvoir de décider du développement de leurs lieux de vie dans leur quartier et pour la ville.

Des Collectifs et Associations de Brest, Rennes et Nantes s’estiment déconsidérés et exclus des discussions liées à l’Urbanisation de leur métropole.

Ils font le constat des mêmes difficultés et s’associent donc pour réclamer une véritable concertation, et la communication de véritables données justifiant cette politique de densification urbaine non raisonnée.

Ils observent que les mêmes choix d’urbanisation sur les 3 Métropoles, provoquent la même mobilisation d’opposition de la part des habitants de ces Métropoles.

----

La ville se construit aujourd'hui de façon opaque pour les populations, au nom de l’attractivité et du besoin pressant d’accueillir. Les élus municipaux, métropolitains, ou communautaires, se réservent tout droit de regard sur les projets en cours et à venir, au travers des documents d'urbanisme dont ils ont la charge de la rédaction. Au mieux la ville peut se dessiner conformément aux règles édictées par les services d'urbanisme de la métropole. Au pire, le champ est laissé libre aux promoteurs pour bâtir suivant une logique toute spéculative du marché.

---

À Brest, par des modifications à répétition du PLU, peu lisibles pour les élus et encore moins pour les habitants, l'agglomération semble distribuer des opportunités aux promoteurs, qu'elle refuse par ailleurs aux particuliers.

À Nantes, de nombreuses associations sollicitent les équipes municipales ou les élus sur la politique d'aménagement. Malgré cela, elles ne sont pas ne sont pas considérées comme des parties légitimes, contrairement aux associations professionnelles de la construction qui rencontrent nos élus. Une grande partie des constructions est réalisée dans le tissu urbain existant et hors opérations publiques d'aménagement. Cela favorisant les découpages au profit des promoteurs qui peuvent s'exonérer de nombreuses contraintes pourtant indispensables à la qualité de la ville.

À Rennes, la concertation avec les habitants, est envisagée par une charte non opposable, mise en place localement pour supposément réglementer la construction. Elle est en pratique, le plus souvent mise en œuvre trop tard, en aval d'un dialogue déjà engagé uniquement entre la mairie et les promoteurs.

----

Une vision politique partagée en toute transparence et une concertation préalable à tout projet permettraient que les habitants concernés soient réunis dans une véritable instance participative pour faire émerger une méthodologie qui les intègre ainsi que leurs usages, tout au long du projet.

Les oppositions aux projets discontinus interchangeables et posés sur la ville, sans intégration ni particularisme, se multiplient. Elles expriment une préoccupation des habitants quant au respect de leur environnement et le choc provoqué par la démolition sans scrupule du patrimoine ancien. Les habitants s'interrogent en outre sur la pertinence des politiques de métropolisation face au dérèglement climatique - est-ce souhaitable de concentrer les populations dans quelques pôles urbains ? - Ils souhaitent promouvoir le débat sur la mise en œuvre d'autres alternatives plus durables et favorisant un aménagement plus équilibré du territoire.

La participation aux élections, en baisse constante, devrait pourtant inciter les élus locaux à écouter davantage et à mieux concerter, à faire mieux vivre la démocratie. La ville n’appartient pas qu’aux élus, mais aussi à ceux qui y habitent, qui font vivre les commerces du centre-ville, les loisirs et la culture.

Non seulement les projets ne répondent pas, la plupart du temps, aux attentes des habitants, mais les politiques d'aménagement, en l'absence de regard extérieur et de dialogue constructif, reposent sur des contradictions. Ainsi, voit-on simultanément s'appliquer des objectifs de densification urbaine et, dans le même temps, des objectifs de développement des zones périphériques habitables et d'activités consommatrices de terres agricoles et d'espaces naturels.

Les objectifs de Développement Durable impliquent de faire des choix cohérents, domaines que les élus ne maîtrisent apparemment pas souvent.

Reposant sur l'expertise d'usage des habitants d'aujourd'hui et la participation active de ceux de demain, les bénéfices du dialogue démocratique contradictoire seraient alors garants du maintien de la qualité de nos villes, qui auront toujours à se repenser pour se réhabiliter, se rénover. Dans la ville en devenir il nous faut garder pour toutes et tous, quels que soient leurs revenus, la possibilité de continuer à habiter dans la ville et la garantie d'un urbanisme adapté aux crises climatiques.

NOS OBJECTIFS ET NOS DEMANDES :

  • Une mise en débat des PLU et des politiques d’aménagement du territoire lors des prochaines échéances électorales de nos trois Métropoles. Nos Collectifs se proposent d'être des interlocuteurs privilégiés de terrain pour les candidats sur ces thématiques. Ce point permettrait de compenser l’action de lobbies d'intérêts privés. Nous demanderons donc aux candidats dès le début de leur campagne, leur positionnement.
  • Nous demandons à nos élus métropolitains une véritable réflexion sur les Budgets d'Attractivité envers les entreprises. En effet ces budgets détruisent les efforts d'aménagement des territoires, les Métropoles riches attirant les emplois grâce à des budgets ou ristournes que n'ont pas les petites et moyennes villes. Ainsi le cercle vicieux de l'attractivité, surdensification, extension, imperméabilisation et désertification de territoires concurrents ne serait-il plus entretenu…
  • Nous souhaitons continuer à nous fédérer avec des Collectifs de nouvelles Métropoles, partageant nos constatations et propositions.

  • QUI SOMMES -NOUS ?

  • AU PIED DU MUR (Brest), fédère des personnes soucieuses de promouvoir un urbanisme sur la Métropole de Brest préservant le bien commun (respectueux de la loi, de la démocratie, de la mixité sociale, de la qualité de vie et de l’écologie) et opposées à des projets détruisant ce bien commun.
  • COUDURR (Rennes), Collectif Uni pour une Densification Urbaine Rennaise Raisonnée, en un collectif regroupant des habitants, des collectifs et associations de tous les quartiers de Rennes et de la Métropole. Il dénonce l'absence de concertation, la dégradation du cadre de vie et milite pour un urbanisme à taille humaine et durable.
  • le CRI (Nantes), Collectif de citoyens Résolus et Irrités par la façon dont se fabrique la ville et l'absence de réelle concertation regroupe une dizaine d'associations et de collectifs d'habitants sur les différentes villes de la métropole nantaise.
  • Communiqué de presse du 08 décembre 2021

    Suite à notre communiqué du 23 septembre, nous réitérons notre demande d’un moratoire de tous les projets de construction concernés par les luttes des collectifs signataires.
    Les élus raisonnent trop souvent à l’échelle de la durée de leur mandat et en nombre m2 construits. Les promoteurs pensent en termes de bilan à 10 ou 15 ans et ont une vision essentiellement financière voire spéculative. Mais les conséquences de toute urbanisation se font sentir sur 80 à 100 ans. Elles impactent dès aujourd’hui et pour plusieurs générations à venir, l’accès au logement, la qualité de vie avec les autres et notre environnement.

    Ces choix sont trop engageants pour être laissés aux seuls promoteurs ou à des élus trop à leur écoute.

    En amont de chaque projet, nous demandons une véritable concertation entre tous les acteurs concernés. Nous participerons avec les élu.es à l’élaboration d’un « pacte pour la construction à Brest » comme cela se fait déjà ailleurs [1]. Un guide d’exigences à partager par toutes les parties, en imaginant la ville dont nous avons besoin, et en pensant D’ABORD à ce qu’il faut préserver. Ce travail, fait en toute transparence, sera réalisé avant la phase d’instruction de chaque permis de construire.

    En cette période de dérèglement climatique et d’injustices sociales, nous défendons un urbanisme respectueux du bien commun. A rebours de tout égoïsme, nous plaidons pour un urbanisme généreux et audacieux, dans le respect d’une vraie démocratie, à la pointe de notre pays !

    [1] voir par exemple : St Nazaire, Rennes, Poitiers, Bordeaux... https://www.plan-immobilier.fr/actualites-immobilieres/les-chartes-de-construction-fleurissent ou « Urbanisme : un manifeste de la frugalité à Bordeaux » http://www.bordeaux.fr



    Liste des collectifs signataires :

  • Plateau Verdun-Tunisie / Préservation du Vieux St Marc
  • La Cantine du Moulin Blanc / les Amoureux de la Rade
  • Le Jardin de l'Adoration
  • Les Perles de St Marc
  • Save Stang Alar
  • La Gare du Relecq-Kerhuon
  • Costour Poumon Vert en Finistère
  • Avec le soutien de Brest La Liste Citoyenne
  • Communiqué de presse du 23 septembre 2021

    Quelle place pour les citoyens dans les projets immobiliers de la métropole brestoise ? Un certain nombre de projets immobiliers sont en cours dans la métropole brestoise. Des citoyens préoccupés par ces projets se sont réunis pour s’informer mutuellement et faire entendre la voix des riverains, le jeudi 16 septembre. Onze collectifs et associations étaient présents.

    À l’issue de cette réunion, s’est dégagé un consensus pour exiger des élus de la métropole :

  • Un moratoire de tous les projets de construction immobilière qui sont la préoccupation des collectifs signataires, en attendant la mise en place d’un « pacte pour la construction » élaboré avec les élu.e.s.
  • L’engagement de la transparence des débats et décisions au sein des institutions politiques locales.
  • La mise en œuvre d’une réelle concertation en amont de toute décision pour tout projet de dévelop- pement ou d’aménagement urbain présent et futur.
  • L’adoption d’une politique d’urbanisme respectueuse de ce qu’il faut préserver d’abord (le bien commun, l’air, les sols, la biodiversité, la mixité sociale, le cadre de vie des citoyens) avant de penser équipements.
  • Ces collectifs souhaitent dorénavant engager des actions communes.



    Signataires :

  • Collectif du plateau Verdun-Tunisie à Saint-Marc (Association Préserver la qualité de vie au bourg de Saint Marc)
  • Collectif pour la sauvegarde de la Vallée du Restic
  • Vert le Relecq Kerhuon (La cantine du Moulin Blanc)
  • Collectif Le Jardin de l'Adoration
  • Pas d’avenir sans Avenir
  • Save Stang Alar
  • Collectif de la Gare du Relecq-Kerhuon
  • Des riverains en lutte contre les Perles de St Marc
  • Des riverains contre les projets de construction à côté du rucher de Clécunan
  • APPNS Asso PenHelen Pont Neuf Stangalard
  • Brest La Liste Citoyenne
  • brest@aupieddumur.org - février 2022 · juin 2022